Get Adobe Flash player

Catégories

Archives mensuelles : avril 2014

ASCPF : Bonjour, Christian, peux-tu nous dire dans quelle région tu vis et comment tu as connu l’ASCPF ?

Christian : Je suis dans le sud de la région parisienne « Essonne » j’ai connu l’ASCPF à travers le petit magazine téléobjectif auquel j’étais abonné à la fin des années 70.

ASCPF : Depuis combien de temps en es-tu membre ?

Christian : Je fréquente l’association et les réunions techniques depuis 2009.
Je suis devenu membre en 2011.

ASCPF : Que représente l’association pour toi, qu’en attends-tu et en quoi contribues tu à la faire vivre ?

Christian : Pour moi l’association est un formidable outil de rencontre et de partage entre des personnes qui parlent le même langage naturaliste ou technique.
Je prends plaisir à participer à l’animation de quelques stages c’est a mon tour de partager.

ASCPF : Qu’est-ce qui fait qu’aujourd’hui tu te sens bien dans l’association ? Qu’est-ce qui, à tes yeux, est essentiel à préserver ?

Christian : Pour le moment je me retrouve dans l’asso avec de bons moments de partages, même si l’éloignement des membres est important.
Le respect de la faune et l’étique de la prise de vue.

ASCPF : Qu’aimerais-tu dire qui te semble essentiel pour la vie de l’ASCPF ?

Christian : L’ASCPF doit continuer à sensibiliser le public à une étique de la pratique de la photo animalière, à travers tous les moyens de communication possible, Forum, expo photo, Stages.
Au vu du nombre grandissant de pratiquants rencontrés sur le terrain !

ASCPF : Si tu veux bien, je te propose maintenant de nous présenter ton travail photographique. Depuis combien d’années fais-tu de la photo ? Comment t’est venue cette passion ?

Christian : Cette passion est arrivée chez moi avec l’achat de mon premier réflex en 1977 je l’ai pratiqué avec beaucoup de déboires pendant plusieurs années et elle est tombée en sommeil pas mal de temps mais avec l’arrivée des boîtiers numériques le virus est réapparu.
Ce que j’aime le plus c’est de me fondre dans le décor de la nature pour partager des instants magiques, riches en émotions et en tirer des images de vie.

ASCPF : Où fais-tu tes photos ? Es-tu un grand voyageur ?

Christian : Je réalise la plupart de mes photos en France j’en parcours les départements au gré des saisons à la recherches des espèces locales.
Depuis peu je découvre les voyages photographiques mais je pense que c’est un autre virus dont il faut se méfier !!!!

ASCPF : As-tu une démarche particulière et que cherches-tu à montrer à travers tes photos ?

Christian : Ma démarche est le respect de la faune je cherche toujours à bien connaître mon sujet avant de le photographier, souvent je pratique l’affût ce qui dérange le moins.
La photo animalière est pour moi le moyen de montrer à certaines personnes les animaux qu’il ne soupçonne pas avoir à coté de chez eux et la beauté qu’il en ressort.

ASCPF : Peux-tu nous présenter 6 photos représentatives de ton travail. Si tu le souhaites, tu peux légender chacune d’elles pour les faire parler.

Mouette rieuseMouette rieuse
EcureuilEcureuil
CerfCerf
Pie grièche écorcheurPie grièche écorcheur
Colibri porte épéeColibri porte épée
Caïman à lunetteCaïman à lunette

ASCPF : Pour terminer cette interview, je te propose de poser toi-même la dernière question, celle que tu aurais aimé que je te pose, et d’y répondre.

Christian à lui même : « Que penses-tu de l’avenir de la photo animalière en France »

Je ne suis pas très optimiste car au fil des années je vois les réserves interdites au public fleurir un peu partout et les barrières se fermer.
Et l’apparition des affûts payants, la multiplication des photographes transforme notre passion en business.
Il est de plus en plus difficile du moins dans ma région d’être tranquille et serein pour la photo de nature.
Il y a les photographes sans étique, les bénévoles protecteurs de la nature qui ne font pas la différence entre un merle ou un étourneau.

ASCPF : Merci Christian de nous avoir permis de te découvrir un peu plus.

Christian PenotChristian Penot

 

Il n’y pas d’extrait, car cet article est protégé.

ASCPF : Peux-tu nous dire dans quelle région tu vis et comment tu as connu l’ASCPF ?

Marielou : J’habite en Ile-de France, dans le 92. J’ai connu l’Ascpf par un voyage de Terres oubliées.

ASCPF : Depuis combien de temps en es-tu membre ?

Marielou : Je suis membre depuis 2008.

ASCPF : Que représente l’association pour toi, qu’en attends-tu, en quoi contribues tu à la faire vivre ?

Marielou : Pour moi l’ASCPF est une encyclopédie d’inspiration où l’on peur échanger des images, des conseils, et parfois aussi de l’amitié. En ce moment, je ne fais pas grand-chose, car je ne suis pas en bonne santé.

ASCPF : Qu’est-ce qui fait qu’aujourd’hui tu te sens bien dans l’association ? Qu’est-ce qui, à tes yeux, est essentiel à préserver ?

Marielou : Je me sens bien à l’ASCPF car maintenant je connais beaucoup de gens. Je sais qui est de bon conseil, amical, sincère et fiable. Egalement, la très grande qualité des images est essentielle à mes yeux.

ASCPF : Qu’aimerais-tu dire qui te semble essentiel pour la vie de l’ASCPF ?

Marielou : Je souhaiterais voir la présentation du forum plus moderne.

ASCPF : Si tu veux bien, je te propose maintenant de nous présenter ton travail photographique. Depuis combien d’années fais-tu de la photo ?

Marielou : 1er appareil photo à 5 ans, oui 5 ans.

ASCPF : Comment t’es venue cette passion ?

Marielou : La passion de la photo est venue vraiment lorsque j’avais environ 20 ans, en prenant la beauté d’un lac et le reflet des arbres et du ciel dans ses eaux, l’esthétique fixée à jamais.

ASCPF : Où fais-tu tes photos ?

Marielou : Partout, au gré de mes balades, chez moi, en voyages.

ASCPF : Es-tu une grande voyageuse ?

Marielou : OUI, l’Afrique et l’Europe principalement.

ASCPF : As-tu une démarche particulière et que cherches-tu à montrer à travers tes photos ?

Marielou : Assouvir ma passion, fixer les instants importants ou ceux qui me surprennent. Observer la nature, l’admirer et en fixer la beauté. Mais aussi l’oeuvre humaine par tout ce qui est artistique. Ainsi que la beauté même de notre espèce par les portraits.

ASCPF : Peux-tu nous présenter 6 photos représentatives de ton travail. Si tu le souhaites, tu peux légender chacune d’elles pour les faire parler.

 

Abbaye de Cadouin, DordogneAbbaye de Cadouin, Dordogne
Caracal, KenyaCaracal, Kenya
Lionceau, KenyaLionceau, Kenya
Un instant avant l'éclipse du 15 janvier 2010 au KenyaUn instant avant l’éclipse du 15 janvier 2010 au Kenya
Portrait, N&BPortrait, N&B
Léoparde, BotswanaLéoparde, Botswana

ASCPF : Pour terminer cette interview, je te propose de poser toi-même la dernière question, celle que tu aurais aimé que je te pose, et d’y répondre.

Marielou à elle même : La photographie est-elle un art pour toi ? réponse : oui.

ASCPF : Merci Marielou, on te connait un peu mieux désormais.

Marielou DhumezMarielou Dhumez

ASCPF : Peux-tu nous dire dans quelle région tu vis et comment tu as connu l’ASCPF ?

Anthony : Je vis en Haute Normandie plus précisément à 10 minutes de Rouen depuis 1987 habitant avant dans le Sud Ouest . J’ai connu l’ASCPF a travers des photos que je voyais sur des magazines et par des amis qui étaient membres ( Franck Lesueur, Claude Lequien etc. .)

ASCPF : Depuis combien de temps en es-tu membre ?

Anthony : Je suis membre depuis 10 ans je crois, le temps passe vite.

ASCPF : Que représente l’association pour toi, qu’en attends-tu et en quoi contribues tu à la faire vivre ?

Anthony : L’association pour moi représente des passionnés de photos animalière et de nature, qui font partager leur talent, leur passion a travers des images du monde entier, d’espèces, de paysages parfois exceptionnels. Montrer aux gens la beauté de la nature et de ses habitants parfois mal connus du public . Faire en sorte qu’ils  s’évadent à travers nos photos . Ce que je recherche dans une association c’est de partager l’expérience de chacun, s’améliorer sur la technique, apprendre de petites astuces , se faire des potes et faire des sorties. Je dois dire que je suis peu présent habitant un peu loin de la capitale, mais quand je peux j’essais de faire profiter l’association de remises que je peux avoir dans des boutiques.

ASCPF : Qu’est-ce qui fait qu’aujourd’hui tu te sens bien dans l’association ? Qu’est-ce qui, à tes yeux, est essentiel à préserver ?

Anthony : J’ai rencontré du monde et me suis fait des potes photographes pour partager nos photos et nos expériences sur le terrain ou autre .Il faut préserver la communication entre membres, les rencontres, et se faire connaitre, comme la participation a Montier en Der et autres festivals. Peut être un seul regret de l’asso, le manque de sorties et de partage entre les membres .

ASCPF : Qu’aimerais-tu dire qui te semble essentiel pour la vie de l’ASCPF ?

Anthony : La présentation de nos images et je pense peut être plus de rencontres ou partages entre membres. Certaines Régions sont plus riches que d’autres alors pourquoi ne pas nous les faire découvrir ?

ASCPF : Si tu veux bien, je te propose maintenant de nous présenter ton travail photographique. Depuis combien d’années fais-tu de la photo ? Comment t’est venue cette passion ?

Anthony : Je fais de la photo depuis 1996, j’ai passé beaucoup de temps dans la nature depuis mon tout jeune âge et en grandissant j ai voulu immortaliser ce que je voyais parfois ; et le temps passant la passion a grandi. je trouve aujourd’hui hui une sorte de repos et de calme quand j’y suis ; j’oublie les soucis du quotidien, ça fait du bien.

ASCPF : Où fais-tu tes photos ? Es-tu un grand voyageur ?

Anthony : Je fais mes photos en Normandie près de chez moi où quand j’ai l’opportunité en Dombes , je suis allé au Danemark 1 fois et au Bayer. Un grand voyageur ? Disons que je ne regarde pas a me déplacer en France. Pour les grands voyages disons que j’ai des rêves ( l’Afrique, le Masai Mara entre autres) mais pas le budget pour ;  donc pas grand voyageur.

ASCPF : As-tu une démarche particulière et que cherches-tu à montrer à travers tes photos ?

Anthony : A travers mes photos je cherche a montrer la douceur, le calme et la richesse de certaines régions ou ce que l’on peut voir près de chez nous si on fait un peu attention.

ASCPF : Peux-tu nous présenter 6 photos représentatives de ton travail. Si tu le souhaites, tu peux légender chacune d’elles pour les faire parler.

Photo réalisé sur plusieurs jours d’affût faite au CANON EOS  5D + 500MM Photo réalisé sur plusieurs jours d’affût faite au CANON EOS 5D + 500MM
Grèbes Castagneux   pour faire des photos au raz de l eau l affut flottant reste un moyen excellent et pour approche impressionnante parfois canon 7d + 400MMGrèbes Castagneux pour faire des photos au raz de l eau l affut flottant reste un moyen excellent et pour approche impressionnante parfois canon 7d + 400MM
Martin Pêcheur  Photo réaliser sur plusieurs jours d affut faite au CANON EOS 5D + 500MMMartin Pêcheur Photo réaliser sur plusieurs jours d affut faite au CANON EOS 5D + 500MM
Grèbe Huppé en affût flottant j’ai eu la chance d’avoir une belle lumière  ce jour-là après des jours de pluie canon eos 7D + 400mmGrèbe Huppé en affût flottant j’ai eu la chance d’avoir une belle lumière ce jour-là après des jours de pluie canon eos 7D + 400mm
Cerf Elaphe cette année ne fut encore médiocre pour le brâme pourtant j’y ai passé du temps et nombres heures d’affût canon eos 5d markIII + 400mmCerf Elaphe cette année ne fut encore médiocre pour le brâme pourtant j’y ai passé du temps et nombres heures d’affût canon eos 5d markIII + 400mm
Marcassin de cette année ils sont arrivés sur moi sans me voir témoins garanties. il est juste à quelques mètres de moi. la malchance est tombée trop près pour faire la mise au point et plus de batterie ensuite  canon 1D + 400mmMarcassin de cette année ils sont arrivés sur moi sans me voir témoins garanties. il est juste à quelques mètres de moi. la malchance est tombée trop près pour faire la mise au point et plus de batterie ensuite canon 1D + 400mm

ASCPF : Pour terminer cette interview, je te propose de poser toi-même la dernière question, celle que tu aurais aimé que je te pose, et d’y répondre.

Anthony à lui même : Une ou deux destinations ou tu aimerais aller ?

Mon rêve, aller photographier les jeunes guépards et aller faire un tour en Ecosse .

ASCPF : Merci Anthony, on te souhaite que tes rêves se réalisent.

Anthony Garcia