Get Adobe Flash player

Catégories

Archives mensuelles : octobre 2016

La Talève sultane ( Porphyrio porphyrio )

Cette espèce appartient à la famille des rallidés, tout comme le Râle d’eau, la Marouette ponctuée , la Gallinule poule d’eau ou la Foulque macroule, mais avec des dimensions plus importantes ( 45 à 50 cm de longueur ). Son plumage est bleu foncé à reflets lilas et son gros bec est rouge. Les pattes rouges possèdent d’impressionnants longs doigts dont elle se sert avec habileté. Il existe plusieurs variantes selon les territoires avec des différences  au niveau du plumage.  Par exemple, Porphyrio madagascariensis, observée en Afrique, à nuances vertes sur le dos, épaules et tertiaires et Porphyrio poliocephalus ( Mer Caspienne, Turquie, Inde, Chine…), à tête gris clair.

La talève tient les tiges entre les doigts de ses pattes.

Photographie : Pascale Hervieu

C’est un oiseau qui affectionne particulièrement les étendues d’eau avec végétation abondante type roseaux, typhas et carex.

Le milieu.

Talève sultane dans son milieu. Photographie : Pascale Hervieu.

 

En France ( nicheuse depuis 1996 ), elle est essentiellement présente dans le sud de la France et en Bretagne. Vous aurez une idée de sa répartition mondiale grâce à ce lien : Répartition mondiale de l’espèce site Avibase.

Au niveau sonore son répertoire peut être très varié : Cri de l’espèce site Avibase, Xeno-canto.

La période de reproduction se situe en mars, plus tard pour la France ( avril-mai). La femelle pond entre 2 à 7 oeufs dans un nid flottant caché dans la végétation. L’incubation est de 22 à 25 jours. L’élévage des jeunes avant complète autonomie est de deux mois.

oiseauxvendee_80052

Talève sultane et son juvénile. Photographie : Clément Caiveau.

 

La Talève sultane est essentiellement herbivore et se nourrit parfois de crustacés, oeufs, poissons, escargots…

 

Pour la petite anecdote, cette espèce était vénérée sous l’Antiquité pour sa grande beauté.

 

 

Cliquez sur ce lien : Article à lire , cette fois, de Pascale Hervieu ( Blog ASCPF )

 

 

 

 

Texte : Valérie Bruneau-Querey

 

 Crédit photographique ( non libre de droits ):  Pascale Hervieu

 

 

 

 

 

 

 

 

Il n’y pas d’extrait, car cet article est protégé.